Accueil Course contre la montre

Loisirs. À l’escape game de La Roche, il faut enquêter pour gagner 08/2017

Une heure pour résoudre une flopée d’énigmes. C’est le programme réservé aux joueurs de l’établissement La course contre la montre, ouvert depuis juillet, à La Roche-sur-Yon. Une de nos journalistes a testé l’expérience. Récit.

Nos journalistes parties à la recherche de l’elfe Galadriel, à l’escape game La Course contre la montre. OUEST FRANCE
« Il n’y a rien au-dessus d’1,80 m, inutile de vous faire la courte échelle. On ne met pas les doigts dans les prises, on n’arrache pas le papier peint ni le sol. Vous n’êtes pas venues avec un pied-de-biche, si ? »

Bon, outre le fait qu’on soit, ma collègue Clémence et moi, sur le point de partir à la recherche d’une potion dans un bateau fantôme, pour guérir l’elfe Galadriel, tout va bien. Non, nous ne sommes pas venues équipées d’un pied de biche pour tester l’Escape game La course contre la montre, installé en centre-ville de la Roche sur Yon depuis un mois.

Nous ne comptions pas non plus mettre les doigts dans les prises, ni arracher le papier peint. Mais croyez-moi, finalement, quand on y est, les consignes prennent tout leur sens.

Une heure et pas une seconde de plus

Cette session d’essai était programmée lundi, en début d’après-midi. Les règles du jeu ? Partir en quête d’un objet perdu. Les joueurs sont enfermés et pour sortir, il faut résoudre une série d’énigmes en un temps limité. Un peu comme dans Fort boyard en fin de compte, mais le père Fouras n’est pas là pour guider les participants.

C’est Karine qui s’en charge, la maîtresse du jeu et gérante des lieux. Pas de traitement de faveur sous prétexte que nous sommes journalistes. Elle nous met dans le bain directement en nous servant le brief habituel : « Le principal, c’est la cohésion de groupe. Il faut se parler à voix haute pour que je puisse entendre ce que vous dites et éventuellement vous donner des indices. » Orienter oui mais donner la réponse, pas question. Il faut faire fonctionner ses méninges.

« Vous avez une heure et pas une seconde de plus pour accomplir votre mission dans le bateau fantôme, sauver votre amie, l’elfe Galadriel et sauver votre peau », lâche-t-elle avant de nous donner le top départ. Ça commence bien. Je dois le reconnaître, on a la pression. Eh si on n’y arrive pas ? C’est la loose. Mais allez, on ne se démonte pas, on y croit.

Deux immersions différentes

Afin de garder l’effet de surprise pour les futurs joueurs, les éléments de décors ne peuvent pas être révélés. En tout cas, plus le temps défile, plus on se prend au jeu et on souhaite trouver cette maudite potion. À tel point qu’on finit par avoir des réflexes complètement absurdes…

Enfin, juste une révélation : on a perdu. Mais pour notre défense, « à deux, surtout quand on n’est pas expérimentés dans le domaine, c’est très difficile », nous rassure Karine. Dans son établissement, on trouve deux Escape game pour adultes, celui qu’on a testé pour vous et un autre « plus complexe », qui plonge les gamers au cœur de l’Égypte. D’ici la rentrée scolaire, deux scénarios supplémentaires à destination des enfants verront le jour. À vous de jouer.

Ouvert tous les jours, de 10 h à 22 h 15, 31, rue de Lorraine. Équipe de deux à six personnes. Un jeu d’évasion à partir de 9 ans. Informations et réservations au 02 51 06 16 72/ 06 62 54 61 13.